Quelle rentrée ?

— septembre 2020 —

La saison estivale touche à sa fin et nous pensions que nos gouvernants avaient tiré des leçons de cette première vague épidémique. Un nouveau monde allait naître ! Arrêtons-nous quelques instants sur la parabole de Saint-Simon. Que dit-elle ?

 

Elle défend les producteurs, tous ceux qui créent des richesses utiles à la vie de la société par un travail intellectuel ou manuel. Dans son ouvrage Bernard Vasseur reprend les propos de Saint-Simon et les appelle « les abeilles », qui produisent tout, consomment peu, sont « en bas » de la société et dont on ne parle pas. À l’opposé, il attaque ceux qui sont « en haut », qu’il appelle « les frelons ». C’est-à-dire tous les oisifs qui vivent de leurs rentes, qui ne produisent rien mais qui consomment beaucoup et aiment qu’on les admire et que l’on parle d’eux avec éclat. Ce monde social marche sur la tête, il est urgent de le retourner en mettant les abeilles au pouvoir et d’écarter les frelons nuisibles… La crise du coronavirus a mis en lumière qui étaient les abeilles et qui étaient les frelons ! Qui était applaudi tous les soirs ? Qui nous a alimentés ? Qui s’est vautré dans un amateurisme dérisoire et nous a menti sur la gravité de l’épidémie en masquant la vérité ?! Je vous laisse y réfléchir.

 

Pour essayer de changer cette image de cafouillage, et après avoir saupoudré de quelques menues piécettes le personnel médical, notre cher président a repris la main en nommant un nouveau premier ministre qui s’est empressé de nous prévenir que la réforme des retraites était toujours d’actualité ! Nous devrons nous mobiliser à nouveau mi-septembre pour continuer le combat contre la casse de ce modèle social que beaucoup nous envient ! À moins que vous ne vouliez travailler plus pour gagner moins. C’est ce que désirent la CFDT et son secrétaire général qui s’y emploient comme lors de la dernière réforme qui a passé de 40 à 42 le nombre d’années de cotisation des salariés.
C’est encore la CFDT alliée à la l’organisation syndicale des cadres (CFE-CGC) qui, après plusieurs mois de silence, se posent en donneuses de leçons sur la construction « chaotique » des colonies de vacances à la CCAS — les élus et les professionnels des Activités Sociales apprécieront ! — sur les lieux des centres « pas attractifs » — les francs-comtois et les bourguignons apprécieront ! — sur les animations « minimalistes » — les directeurs de colos et les prestataires apprécieront ! — et sur les convoyages — nos élus et bénévoles apprécieront.

 

Il est vrai qu’un chèque aurait permis à nos enfants de pouvoir s’émanciper, de s’évader et de créer du lien avec d’autres jeunes. Mais c’eut été plus simple pour tout le monde de faire du « drive » en distribuant des chèques vacances aux portières des voitures !

 

Ce ne sont pas les valeurs que nous défendons à la CCAS et à la CMCAS Franche-Comté et je ne pouvais laisser passer ces attaques sans réagir car j’ai vécu la construction des séjours, les protocoles et les recommandations changeant toutes les semaines. Personne n’est dupe, il est toujours plus facile de casser que de construire. Je vous laisse découvrir l’article sur le déroulement des séjours de cet été et vous verrez qu’une fois de plus, sans faire d’autosatisfaction, nous étions dans le vrai. J’avais fait le pari dans le dernier magazine que nos jeunes passeraient de belles vacances. Je pense que nous l’avons gagné ! Soyons fiers de cet été si particulier. Les responsables des centres adultes ont réussi, eux aussi, la prouesse d’ouvrir au maximum et même avec de la restauration en suivant des normes très strictes.

 

La rentrée est faite et, à l’heure où j’écris cet édito, le président du conseil scientifique est dubitatif quant à l’arrivée d’une nouvelle vague de cas de Covid-19 en septembre ou octobre. Mais soyons positifs et regardons l’avenir avec nos SLVie et les Commissions qui vont travailler à de nouveaux projets pour le dernier trimestre et préparer 2021 qui espérons le sera une année « normale ». Bon courage pour cette reprise et surtout, protégeons-nous en gardant nos distances et en restant masqués le plus souvent possible.

 

« Hier n’est plus, demain n’est pas encore. Nous n’avons qu’aujourd’hui. Commençons. » — Mère Teresa.

Mentions Légales    I    Vie privée    I    ©2022 CMCAS Franche-Comté

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?