Historique !

— mars 2020 —

Un conflit de 60 jours, c’est du « jamais vu » depuis Mai 1968 et c’est historique.

 

Le combat continue pour le retrait de ce projet de loi nauséabond sur la réforme du système des retraites. La mise en place de ce système à points combattu par les Organisations syndicales CGT, FO, et CFE-CGC dans les entreprises, réduira de 30 % les pensions des futurs retraités !

 

La disparition de la CNIEG est inéluctable ! Le lundi 27 janvier 2020, la fin du régime spécial de retraite et du Statut National des IEG a été annoncée par la ministre Élisabeth BORNE. Comment imaginer garder les droits familiaux actuellement versés par la CNIEG, le tarif agent validé par la CNIEG… si la CNIEG n’existe plus. Et ce d’autant plus que la Cour des Comptes a préconisé en novembre 2018 de supprimer les régimes spéciaux !

 

Une large majorité de Français est opposée au passage à un régime de retraite par points qui n’aurait comme conséquences que de reculer l’âge de départ à la retraite et de diminuer l’ensemble des pensions de tous les secteurs professionnels. Le Gouvernement reste renfermé dans sa tour d’ivoire et regarde de haut le conflit social qui se déroule en France. Ses réponses ne sont que répression et criminalisation de l’action syndicale. Fébrile, il utilise un langage de guerre en qualifiant les travailleurs en lutte de « saboteurs » « terroristes » « radicalisés ».

En interne, l’ouverture de pseudo-négociations nécessitera un réexamen complet du statut des IEG. La boîte de Pandore sera ouverte et rien ne pourra empêcher la coalition antisociale du Gouvernement et des employeurs d’y mettre fin une bonne fois pour toute. Le syndicat CGT refuse une négociation conduisant à la mort du régime spécial des électriciens et gaziers (régime toujours excédentaire et solidaire du régime général).

Le statut des IEG a été élaboré par un ministre communiste au lendemain de la deuxième guerre mondiale après la victoire contre les nazis ; alors ce n’est pas 74 ans après que les agents électriciens et gaziers se laisseront euthanasier par des marcheurs funèbres en Macronie !

Ne soyons pas dupes et restons lucides : le véritable enjeu de cette lutte, c’est un choix de société.
Chacun aura pris ses responsabilités et pourra dire ou pas aux futures générations, j’ai résisté et je me suis battu pour préserver un modèle social basé sur la solidarité, la fraternité et l’ouverture à l’autre !
Je vous laisse réfléchir sur la citation ci-dessous.

« La désobéissance civile n’est pas notre problème. Notre problème est l’obéissance civile. Les gens obéissent aux diktats de leurs dirigeants […] et ils oublient la pauvreté, la faim, la guerre et la cruauté. Et pendant qu’on obéit, nos prisons sont pleines de petits voleurs alors que les vrais bandits sont à la tête du pays. L’obéissance est notre problème. » (Howard Zinn – historien et politologue américain)

 

Didier Voitot
Président de la CMCAS Franche-Comté

Mentions Légales    I    Vie privée    I    ©2022 CMCAS Franche-Comté

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?